diapo1 diapo2 diapo3 diapo4 diapo5
Fil de lecture :

Plaies: que faire en attendant le vétérinaire?

Article mis en ligne le 25/11/2014.


 

 

DESINFECTION DES PLAIES CUTANEES SUR LE TERRAIN :

QUE FAIRE EN ATTENDANT LE VETERINAIRE ?

 

Votre cheval s’est fait mal, une plaie cutanée ou même peut- être plus profonde est visible. Il convient dans tous les cas d’appeler votre vétérinaire qui évaluera la situation et décidera s’il y a nécessité de consulter ou pas. En effet, selon la localisation de la plaie (en regard d’une articulation, d’un tendon etc…), sa profondeur, son ancienneté, son état, il décidera ce qu’il y a lieu de faire.

En l’attendant, ou s’il vous indique qu’une consultation n’est pas obligatoire, les conseils suivants vous serons certainement utiles.

 

PREPARATION DU PATIENT

 

1-                                                                                                Dans quel endroit de l’écurie?

Pour les interventions cheval vigile sédaté, on choisira un endroit plat, propre, à l’abri du vent (et des intempéries) et isolé du public. En général une douche remplit bien ces critères (la proximité de l’eau courante est un avantage). L’endroit devra être non glissant, la coordination motrice d’un animal sédaté étant diminuée.

Pour des interventions cheval anesthésié couché, un sol plat, sec, non poussiéreux et souple sera privilégié. L’endroit doit avoir une dimension adaptée au couchage et au réveil de l’animal. Un box sera toujours trop petit. En général nous préférons opérer dans un manège s’il n’est pas trop poussiéreux ou dans un pré s’il n’est pas trop dur ou trop boueux.

 

2-                                                                                                Contention physique :

L’idéal est de se faire assister d’au moins deux personnes, une à la tête du cheval, l’autre pouvant éventuellement vous aider. On peut contenir l’animal contre un mur, derrière une porte, derrière des balles de paille… L’utilisation d’un tord- nez peut être nécessaire.

 

3-                 Se munir de son livret signalétique qui comporte ses vaccinations / son dossier médical (allergies médicamenteuses etc…).

 

 

 

 

 

 

ANTISEPTIQUES – PREPARATION DE LA PLAIE

 

1-      Tonte et rasage : préparation du site opératoire.

On préconise en général une tonte ou un rasage d’environ 25cm autour du site opératoire. Le rasage permet une meilleure préparation du site mais cause des microlésions cutanées et une libération de bactéries depuis les follicules pileux qui peuvent favoriser l’apparition d’un sepsis. Pour cela, nous conseillons de limiter le rasage aux cas où la tondeuse ne peut fonctionner (saignement coagulé). Il est de plus conseillé de réaliser tonte et/ou rasage juste avant d’intervenir pour limiter les risques d’infection cutanée préalable à l’intervention.

 

 

2-      Antiseptiques utilisables :

-          Alcool : Son emploi doit être réservé au rinçage après savonnage (povidone iodée ou chlorhéxidine) car son activité antimicrobienne stricte est très limitée.

-          Chlorhexidine : Le diacétate de chlorhexidine est très fréquemment utilisé en savonnage cutané ou en solution aqueuse  pour la désinfection des plaies, de la bouche, des muqueuses ou du conduit urinaire.

-          Composés iodés : On emploi le plus souvent en médecine vétérinaire une forme savon (contenant 7.5g de povidone iode pour 100ml) et une forme solution (contenant 10g de povidone iode pour 100ml). Un savonnage de deux minutes minimum est requis pour que l’iode libre (forme antiseptique) se libère du complexe povidone iode.

-          Eau oxygénée : Une solution de peroxyde d’hydogène peut être utilisée comme premier traitement des plaies fortement souillées surtout pour ses qualités de   détersion. Son application permet d’extraire des cavités infectées peu profondes d’éventuels débris. Son activité antiseptique stricte est limitée.

 

Chlorhexidine contre povidone iodine : que choisir?

Des tests d’utilisation d’une solution de chlorhexidine à 2% sur Escherichia coli et Staphylococcus aureus localisés sur de la peau de chien ont montré une activité supérieure de la chlorhexidine d’un point de vue bactéricide et activité résiduelle dans le temps. Dans une autre étude, les deux antiseptiques étaient considérés aptes à une désinfection manuelle du chirurgien avec néanmoins une activité résiduelle de la chlorhexidine supérieure. De plus, les préparations de chlorhexidine sont moins facilement inactivables par les débris organiques que la povidone iodée. Il a également été démontré que les solutions de povidone iodée sont inférieures aux solutions de chlorhexidine pour le lavage des plaies.

L’utilisation associée des deux antiseptiques est à proscrire en raison de l’inactivation mutuelle des deux produits.

La chlorhexidine reste plus onéreuse que la povidone iodée.

Nous utilisons l’un ou l’autre de ces antiseptiques selon les cas.

 

 

3-      Un bandage peut être nécessaire : Un bandage à l’aide d’un coton de repos, d’une bande de repos et de compresses stériles sur un membre est un excellent moyen de garder une plaie à l’abri des bactéries.

 

POURQUOI LA CONSULTATION D’UN VETERINAIRE PEUT ELLE ETRE TRES IMPORTANTE ?

 

1-      Votre vétérinaire, en évaluant de façon rigoureuse la ou les plaies de votre cheval pourra parfois suturer celles- ci ce qui améliorera énormément la cicatrisation et réduira les risques de complications.

2-      Il procédera à une injection de serum antitétanique après avoir évaluer grâce au carnet de vaccinations le statut de protection vaccinale de votre cheval contre cette maladie très grave.

 

3-      Il évaluera la nécessité ou non de mettre votre cheval sous antibiotiques et/ ou sous anti inflammatoires.

4-      Il pourra dans certains cas graves (contamination articulaire, lésions associées au niveau osseux, tendineux, sinusal etc…) vous conseiller d’aller en clinique pour des examens et des soins plus complexes.

5-      Il pourra vous conseiller sur les meilleures pratiques à adopter tant au niveau des soins de la plaie que du suivi et du travail que votre cheval peut ou ne peut pas faire.

 

En résumé, une plaie est une raison nécessaire et suffisante d’appeler votre vétérinaire, au moins pour des conseils téléphoniques.

Alors n’hésitez plus !

 

Dr. Franck Pénide